Adrien

Fricheteau

Tous droits réservés

© Adrien Fricheteau 2018

Full frontal

 

Les histoires, les récits, sont au cœur de ma pratique. J’ai commencé la peinture un peu par hasard : sa pratique n’est pas au centre de ma démarche, et je ne ressens ni nécessité profonde de la pratiquer, ni besoin impérieux de discourir sur sa contemporanéité, son éventuel acte de décès, ou son ontologie. Il me semble perdu d’avance de positionner ma pratique vis-à-vis de débats et querelles ayant eu lieu au XXe siècle. Déjà parce que c’est un héritage trop lourd à porter, et parce que toutes les bonnes volontés passées ne font qu’ajouter de la confusion à un esprit qui n’en manque déjà pas.

Ma peinture est image : elle est le lieu de la collusion des signes et des symboliques. Elle est un support à la projection métaphorique, narrative, poétique. Les objets picturaux que je produis sont à inscrire dans le paradigme de l’art bourgeois et décoratif. Elles en ont d’ailleurs toutes les caractéristiques techniques visibles. Ce sont des peintures à l’huile, sur toile, tendues sur des châssis. C’est en profitant de ambiguïté de la figure de l’artiste bourgeois, producteur de valeur culturelle à l’attention de l’élite, que la friction avec des vocabulaires issus de cultures régressives, ou «populaires», ou politiques, révèle toute ses potentialités discursives.